Projets de recherche

Les projets de recherche soutenus par la Fondation Salus Sanguinis s’inscrivent dans la continuité de la recherche clinique et fondamentale. Celle-ci s’appuie sur les connaissances acquises grâce aux travaux déjà accomplis. Il s’agit d’aller plus loin, d’approfondir ou de chercher des voies nouvelles, en s’appuyant sur les découvertes d’aujourd’hui pour progresser.   

Les principales orientations de ces recherches se situent dans trois domaines :  

1   L’étude des mécanismes physiopathologiques des cellules leucémiques ou malignes et leur implication dans de nouvelles approches thérapeutiques.

2   La compréhension génétique et ses applications aux maladies hématologiques.

3   L’évaluation des mécanismes immunologiques au niveau de la résistance tumorale au rejet immunitaire. 

 

A :  Explication des projets

1. Les mécanismes physiopathologiques des cellules leucémiques et leur implication dans de nouvelles approches thérapeutiques.

  • Comprendre la chimiorésistance

    Les leucémies traitées par chimiothérapie ou plus récemment par immunothérapie ont comme résultat une rémission prolongée, voire parfois une guérison. Les succès sont néanmoins limités par une problème majeur : la chimiorésistance, définie comme la capacité qu’ont les cellules cancéreuses d’échapper à la toxicité de la chimiothérapie. 

    Les recherches menées par cette équipe visent à mieux comprendre les mécanismes par lesquels deux agents de chimiothérapie (la fludarabine et la 2-Cda, deux analogues de purines), exercent leur action et à développer des stratégies d’application pour améliorer leur efficacité clinique dans le traitement de la leucémie lymphoïde chronique (LLC).
  • Corriger la dérégulation des médiateurs de la prolifération des précurseurs hématologiques.

    La dérégulation de certains signaux essentiels de la prolifération des précurseurs hématologiques (fabrication des cellules du sang) par mutation d’une protéine (appelée JAK1) peut mener à une prolifération incontrôlée et déboucher sur le développement de leucémies et de lymphomes. Par ailleurs, lors d’une infection virale, d’autres protéines, les interférons, sont secrétées pour limiter la propagation du virus et la multiplication des cellules infectées.  

    Le projet vise à déterminer si les mutants de JAK1 peuvent se lier aux récepteurs cellulaires de certains interférons et à apprécier l’effet de ces mutations sur la réponse à ces interférons. 
  • Une étape dans la recherche de molécules inhibitrices des syndromes myélo-prolifératifs.

    Les cellules sanguines ont, à leur surface, des molécules réceptrices, capables de fixer d’autres molécules, et qui transmettent à la cellule concernée des signaux qui résultent de l’interaction environnementale des molécules en contact. 

    Récemment, le groupe de recherche soutenu par SALUS SANGUINIS a, dans le cadre de syndromes myélo-prolifératifs (maladies hématologiques malignes, caractérisées par une augmentation de la production des cellules sanguines), participé à la découverte d’une mutation ponctuelle d’une protéine (JAK 2) associée aux récepteurs. Ce groupe a identifié un micro-récepteur (miR-28) qui serait surexprimé. L’étude cherche à déterminer comment inhiber l’expression de ce micro-récepteur  oncogénique. 
  • Participer à la coopération multicentrique et internationale pour le recueil de données d’études cliniques. 

    Soutenir la recherche appliquée au lit du patient pour améliorer les méthodes de diagnostic et le choix de moyens thérapeutiques de mieux en mieux adaptés à la maladie et au malade est essentiel.

    Il est démontré que les taux de guérison sont meilleurs lorsque les malades cancéreux sont inscrits dans des protocoles thérapeutiques multicentriques. L’introduction des patients dans divers essais cliniques internationaux de référence, menés internationalement par des groupes coopérateurs qui mettent en commun les données de plusieurs centres hospitaliers spécialisés s’avère indispensable au niveau de la qualité des soins. Le but de ces essais est d’optimaliser les approches thérapeutiques en atteignant un nombre adéquat de patients de manière à pouvoir apprécier correctement l’impact d’un traitement quant à la survie ou une toxicité sur le long terme.  

 

2.  La compréhension génétique et ses applications aux maladies  hématologiques.

Les anomalies génétiques sont connues pour jouer un rôle pathogène déterminant dans les hémopathies malignes (leucémies, lymphomes), classiquement par activation d’oncogènes (gènes dominants) et/ou l’inactivation de gènes suppresseurs de tumeur. Par leur activité clinique de génétique, les chercheurs ont pu constater la fréquence des remaniements dans certaines bandes chromosomiques dans le large spectre des hémopathies malignes lymphoïdes et myéloïdes.

Les objectifs de cette étude sont d’identifier les gènes localisés dans une bande chromosomique (1p36) et impliqués dans ces différents remaniements chromosomiques, en faire une cartographie et établir les corrélations éventuelles avec le type de leucémie. 

 

3. Les mécanismes immunologiques au niveau de la résistance tumorale au rejet immunitaire.
Améliorer les résultats de la chirurgie orthopédique cancérologique.

  • La thérapie cellulaire en chirurgie ostéo-articulaire.

    Pour éviter des gestes chirurgicaux mutilants dans les tumeurs malignes osseuses, les équipes de recherche en orthopédie préconisent la greffe d’os au lieu de l’amputation afin de respecter l’intégrité physique du patient. Cette approche nouvelle implique d’appréhender adéquatement la difficulté de réaliser une  consolidation osseuse entre le greffon et l’os normal résiduaire.  

    Le projet de thérapie cellulaire en chirurgie ostéo-articulaire soutenu par Salus Sanguinis étudie le potentiel d’autogreffe de certaines cellules souches (cellules souches mésenchymateuses) afin de reconstruire une perte de substance osseuse consécutive à l’exérèse d’une tumeur et améliorer les résultats de la chirurgie orthopédique cancérologique.


  • Vers une efficacité accrue des nouvelles stratégies d’immunothérapie anticancéreuse.

    Un groupe de recherche appuyé par Salus Sanguinis a décrit récemment un important mécanisme de résistance immunitaire tumorale dans certaines tumeurs. Se fondant sur leurs travaux récents sur les métastases cutanées de mélanomes, les chercheurs de Salus Sanguinis vont tenter de caractériser la réaction inflammatoire dans les métastases de mélanome et sa relation avec l’immunité anti-tumorale, afin de permettre de faire le lien entre cette réaction inflammatoire et la résistance des tumeurs à leur destruction par le système immunitaire. 

L’ensemble de ces différents projets de recherche veut améliorer la qualité des traitements hématologiques actuels et accroître les chances de guérison.  

Soutenir la recherche dans le domaine des maladies du sang, notamment de la leucémie, implique la mobilisation de chacun.  

Soutenir la recherche, c’est parier sur l’avenir en permettant que ses résultats puissent se traduire en une meilleure approche thérapeutique augmentant ainsi les chances de guérison. 

Cette mission ne peut être rencontrée qu’avec le soutien précieux de nombreux donateurs et le concours fidèle de généreux partenaires.

 

En 2020 

Projets soutenus par Salus Sanguinis en 2020.

1. Etude des rôles des ARN non codants isolés des exosomes dans la rechute des patients atteints de leucémie myéloïde chronique à l’arrêt des inhibiteurs de tyrosine kinase.

Violaine Havelange

30.000€  (sollicité: 50.000€)

Du matériel génétique de type ARN peut se retrouver dans de tout petits morceaux de cellules, appelés exosomes, et être ainsi transférés d'une cellule à l'autre. Ce travail étudie le rôle de ces exosomes dans la résistance au traitement de certaines leucémies.

2. Mutations de la voie récepteur cytokine/JAK/STAT dans les syndromes myéloprolifératifs transitoires pédiatriques et évolution vers une leucémie aigüe.

Stefan Constantinescu

30.000€  (sollicité: 50.000€)

Des hormones de croissance et les signaux qu'elles génèrent dans les cellules ont un rôle très important dans le développement des cancers et leucémies. Ici une catégorie bien précise de tels signaux est étudiée dans des situations préleucémiques puis leucémiques, en particulier chez des patients avec un syndrome de Down (mongolisme).

3. Aide pour le recueil des données cliniques en hématologie et oncologie pédiatrique.

Bénédicte Brichard, An Van Damme, Maëlle de Ville de Goyet, Christiane Vermylen

32.000€  (sollicité: 32.000€)

Une aide indispensable pour l'organisation de nombreux essais cliniques innovants en oncologie pédiatrique aux Cliniques St Luc: environ 70 essais sont en cours. Le montant alloué permet de payer un mi-temps pour un 'coordinateur de recherche clinique'.

4. Physiopathologie de la pancréatite à L-asparaginase chez les enfants traités pour une leucémie lymphoblastique aigüe.

Isabelle Scheers, Bénédicte Brichard

18.000€  (sollicité: 30.395€)

Le traitement de certaines leucémies aigües de l'enfant inclut un médicament appelé asparaginase. Le traitement guérit près de 90% des enfants atteints mais l'asparaginase peut causer dans ±8% des cas une pancréatite, parfois grave. Le travail vise à comprendre le mécanisme de cet effet secondaire pour pouvoir le prédire et mieux le traiter.

5. Biogenèse et rôle des vésicules extracellulaires dans l'érythroleucémie.

Donatienne Tyteca

20.000€  (sollicité: 20.000€)

Les vésicules extracellluaires sont des petits fragments qui peuvent se détacher des cellules en emportant une petite partie de leur contenu. Cela s'observe avec des cellules normales ou cancéreuses. Parmi ces dernières, les cellules d'une forme de leucémie aigüe, l'érythroleucémie. D. Tyteca étudie la nature et le contenu des microvésicules de ces cellules pour savoir si elles contribuent à la gravité de la maladie.

6. Déficits du contrôle de la mitose comme causes de la transformation de lymphocytes B: prédisposition au lymphome de Hodgkin familial médié par la cycline F.

Nisha Limaye

20.000€  (sollicité: 50.000€)

N. Limaye est généticienne et étudie de très rares familles dans lesquelles il y a plusieurs cas de maladie de Hodgkin. En général il y a dans de telles familles un gène anormal qui est transmis cause la maladie. Le mécanisme moléculaire de la maladie de Hodgkin n'est pas connu et ce travail permet donc de l'identifier.

7. Déficiences en hexokinase dans les pathologies hématologiques bénignes ou malignes.

Nisha Limaye, Bénédicte Brichard, Cécile Boulanger

20.000€  (sollicité: 50.000€)

En lien avec le projet précédent, une anomalie génétique trouvée par N. Limaye dans une famille avec maladies de Hodgkin affecte une enzyme appelée hexokinase-3. Le projet vise à comprendre comment cette enzyme, qui agit sur une forme du glucose, peut favoriser le développement de la maladie de Hodgkin.

8. Bourse de voyage pour le Dr Juliette Raedemaeker; Department of Haematology, Concord Repatriation General Hospital, Sydney; oct 2020 - oct 2021.

Cédric Hermans.

15.000€  (sollicité: 15.000€)

Pour terminer sa spécialisation en hématologie adulte, Me Raedemaeker va compléter sa formation clinique en Australie. Un excellent moyen de voir comment les choses s'organisent dans un autre environnement à la pointe de l'hématologie.

9. Bourse de voyage pour le Dr Antoine Capes; Hôpital Saint-Louis, Paris; oct 2020 - oct 2021.

Cédric Hermans.

15.000€  (sollicité: 15.000€)

Cinquième année de spécialisation en hématologie et soins intensifs, dans un centre de référence de l'hématologie française. L'objectif est de se former à gérer les complications parfois graves de certaines formes d'immunothérapie, en particulier les 'CAR-T cells' utilisées surtout pour des leucémies et lymphomes.